Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 15:51
                                           


                  Merci, Merci 
   aux quatre nouveaux abonnés.

 Hane M'ILLUMINO D'IMMENSO ( soeur d'Italo )
Repost 0
Published by M-ILLUMINO-D-IMMENSO - dans Personnel
commenter cet article
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 00:20
                Les vendeurs d’illusion
                   et les
     les semeurs de chimères

            Blog-MF-1.jpg
 
    Ce sont ces organismes financiers américains qui accordent sans scrupule des crédits à des ménages désargentés et sans moyen. (les crédits subprime)
Les taux pratiqué sont exorbitants et quand tout est joué, tout est perdu, ces prédateurs ne font qu’une bouchée du pauvre client mis sur la paille.
A telle enseigne que lui-même (l’organisme financier) ne s’y retrouve plus et que la chute de son client l’entraîne aussi dans la débâcle.
Question : les turpitudes de ces spéculateurs sans vergogne peuvent-ils provoquer un tel désordre sur les places financières Européennes ?
Certainement pas ou peu si on a pas mis le doigt dans ces manœuvres peu orthodoxes.
Il semble cependant que certaines banques ou organismes financiers aient voulu faire jou-jou avec le grand frère américain, si l’on en croit la Ministre des Finances qui veut quelques explications.
D’où les turbulences sur tout les marchés et la peur des petits porteurs.
Et si cette affaire ressemblait comme une sœur à celle des Junk bonds (les obligations pourries) ?
Certains à l’époque y avaient laissé des plumes !
 
Et demain ?
Avec un CAC 40 à 5300 points, la logique, semble t-il veut qu’on garde ou qu’on achète.
Peut-on imaginer que les spéculations hasardeuses et malhonnêtes de quelques marchands de misère américains puissent provoquer un cataclysme Européen ?
Seuls, les spéculateurs qui veulent faire peur afin de provoquer des ventes pour mieux racheter  font croire une telle hypothèse.
 
PS : ces Organismes financiers peu honorables, peu recommandables existent aussi en Europe et bien sûr en France ; j’y reviendrai un jour….
 
 
 
LES PRETS VIAGERS HYPOTHECAIRES

                Blog-MF-2.jpg
Cette dernière nouveauté en matière de crédit, inspirée par l‘hypothèque inversée anglo-saxonne peut être une solution de confort pour des seniors désireux de maintenir un train de vie ou contraints pour une raison ou une autre (ex : maladie) à toucher a leur capital immobilier.
Cette formule leur permet donc d’agrémenter leur retraite de façon substantielle s’ils le désirent.
En effet, le prêt viager hypothécaire est un crédit dont le capital et les intérêts sont remboursables in fine, au moment du décès. Les héritiers peuvent conserver le bien s'ils le désirent, mais dans ce cas, ils doivent eux-mêmes rembourser la banque.
Quant aux héritiers, au décès,  ils leur revient la partie disponible.
A ce jour, une seule banque est disposée ou disponible à offrir un tel produit : Le Crédit Foncier de France.
Le taux semble très élevé par rapport aux taux pratiqués sur le marché : 8, 50 %.
Certains pays Européens sont déjà partie prenante dans cette nouveauté en matière de crédit.
 
J’aurai l’occasion de revenir sur ces Prêts Viagers Hypothécaires.
Déjà, il me semble important de dire qu’il est fondamental que ces crédits ne soient pas traités comme la gamme traditionnelle des crédits consentis par les banques ou organisme financiers.
 
En deux mots, ce crédit doit être NOBLE et PUR ;
A savoir, ne pas rentrer dans le jeu concurrentiel pour éviter que les prédateurs viennent soustraire des avantages aux emprunteurs qui sont dans la dernière ligne droite de leur vie et doivent être traités avec considération.
Pas de jeu concurrentiel donc en matière de TEG, d’Assurance, de Garanties, de frais divers conçus pour faire une profitalité malsaine.
 
L’Etat doit veiller à ce que l’Organisme préteur ou les Organismes prêteurs soient placés dans une optique de conformité morale.
 
J’attends des remontées sur les premiers prêts consentis et ne manquerai pas de mettre en exergue les points forts et les points faibles de ce nouveau système de crédit.
 
 
 
                 PAPOTAGE
      LE POUVOIR DES CHATS
    D'après le "Paris Match " italien de cette semaine
         
               Oscar-le-chat.jpg
 
Voici Oscar, un chat de 2 ans qui vit dans une Maison de Retraite à Providence aux USA et qui a toujours perçu le moment où un patient approchait de sa fin de vie.
 «  Oscar est extraordinaire ; il prend soin, à sa façon, des mourants », disent les médecins et infirmières de l’hôpital.

                  oscar-le-chat-2.jpg


    Oscar dans un couloir de la Maison de Retraite, là où il vit.
« Un chat a une capacité de perception unique, une sensibilité exceptionnelle face à la mort.  Il  ressent probablement que l’énergie qui se respire à ce moment subit des changements infimes », explique le Professeur de médecine Claudio Mencacci, directeur du département de psychiatrie de l’hôpital Fatebene Fratelli de Milan et observateur réputé dans le comportement des chats.

                   A méditer !!!!!
         Le pouvoir des chats.....

 
                      FILM
    LA FEMME COUPEE EN DEUX
          De Claude CHABROL

               bLOG-mf-Chabrol.jpg
 
 
Lugdivine Sagnier est belle présentatrice ce télévision, Benoit Maginel un riche héritier complètement déjanté, François Berleand un écrivain un peu blasé en quête de sensations érotiques.
La femme est coupée en deux mais le film ne coupe pas le souffle…

 
 
                      Et pour la semaine 33
 
 
     La pensée du jour…

"Ou que tu sois, voyageuse égarée, cherche un cours d'eau et descends le pour le meilleur ou  pour le pire, tu finiras par rencontrer l'homme qui t'attend pour t'aimer"
                                           Proverbe de Toscane
Repost 0
Published by M-ILLUMINO-D-IMMENSO - dans Actualité
commenter cet article
5 août 2007 7 05 /08 /août /2007 15:30
       ANGELE

  L'AMOUR EMPRISONNE

        d'après le roman UN DE BAUMUGNES
                                   de 
                           Jean  GIONO




Décor de rêve pour ce magnifique et émouvant mélodrame provençal que le théâtre de verdure de l’ancienne poudrerie de Saint Chamas avec pour toile de fond ses immenses pins et ses cyprès déjantés par le vent…
 
Ce soir, sous le ciel étoilé de Saint Chamas, les gradins pleins à craquer, la compagnie César CHOISI nous interprète :
Angèle de Marcel Pagnol d’après le roman de Jean Giono.
Jean Giono dont l’écriture est tellement fluide, belle, ciselée dans la vie de la Provence :

DSC03283.JPG        DSC03270.JPG
 
ANGELE de la Compagnie                           Un de Baumugnes
       César Choisi                               Une histoire d'amour en Provence
 
«  Vous n’avez pas fini de m’entendre parler de bonheur »
          Jean Giono, en promenant dans les champs de Lavande
 
L’histoire :
 
Angèle, fille du couple de fermiers Clarius et Philomène est séduite par un homme peu recommandable qui vient de la ville.
Il l’oblige à se prostituer.
Saturnin, le valet de ferme, simple d’esprit au cœur d’or, parvient à ramener «  la demoiselle  » à qui il voue une tendre affection, à la ferme des parents.
Mais Angèle a un enfant et son père la répudie pour le déshonneur apporté à la famille.
Elle vivra enfermée à la cave, devenant ainsi une sorte de malédiction arrivée à la famille.
C’est sans compter sans le premier amoureux d’Angèle, Albin, un garçon venu de la montagne qui, avec la complicité d’Amédée, nouveau valet et de Saturnin va libérer Angèle.
Clarius, le père, pardonnera à sa fille sous le regard de Philomène, sa femme et des valets présents.
Le bonheur, enfin retrouvé.
 
 
           DISTRIBUTION
 
Clarius              René BRUNIE
Angèle              Géraldine LOUP
Saturnin            Frédéric SAILER
Louis                 Frédéric ACHARD
Amédée             Rémy VENTURA
Philomène          Aline CHOISI
Albin                 Isnel
Florence            Nicole Bossy

 
          DSC03197.JPG

                    Frédéric Sailer
Une composition placée sous le signe de la tendresse
      Un Saturnin étourdissant et éblouissant


          DSC03201.JPG

                   Géraldine Loup
         La grâce, le charme, l'élégance
              la beauté et ....le talent


          DSC03216.JPG

             Clarius, un père blessé
      qui exprime avec force sa détresse

          DSC03210.JPG

                       Rémy Ventura
      La saveur de la tendresse provençale

Je ne peux citer  les autres acteurs, tous excellents mais quand même...une mention particulière à la somptueuse et voluptueuse Nicole Bossy.
Bravo Nicole pour la prestation !

Une mise en Scène de Vivette Roman Choisi :
Dans un décor sobre d’une petite ferme de Provence, Vivette d’un pas alerte nous conduit d’émotion en émotion.
Elle joue du poids des mots, du poids des gestes et du poids des silences.
Elle témoigne mieux que personne que les hommes de Giono peuvent être bons ou mauvais dans la nature immuable d’un village de Provence.
Elle transmet aux spectateurs conquis que la malédiction n’est pas une fatalité et que le malheur est rattrapable.
La scène finale, certainement conçue par Vivette, est grave, élégante et joyeuse.
Cela, ni Marcel Pagnol et Jean Giono ne l’avaient prévu...mais c'était bien.
Repost 0
Published by M-ILLUMINO-D-IMMENSO - dans Art
commenter cet article
2 août 2007 4 02 /08 /août /2007 19:00

Je te salue affectueusement  , dernière abonnée...



                DSC02917.JPG



                          Italo


Repost 0
Published by M-ILLUMINO-D-IMMENSO - dans Personnel
commenter cet article
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 16:12


         RIGOLETTO
        DANS LA DISTRIBUTION
 UNE SALONAISE, PAULINE ROUILLARD


                            DSC02980.JPG

                                   Pauline Rouillard
 
 
Elle a 18 ans, c’est son premier rôle et elle habite à Salon de Provence.
C’est Mihaela Dinu, la belle Gilda de Rigoletto qui est son professeur de chant au Conservatoire de Salon.
Pauline  avait commencé à chanter à 11 ans avec sa grand-mère,Yolande Vercasson, bien connue sur ce blog ; j’ai publié récemment « le papé », un de ses plus beaux textes.

                   DSC03076.JPG

                  Yolande était là, presque au premier rang

Avec Yolande elle chantait Piaf, Brassens, Brel….
A 15 ans, le hasard a mis sur sa route un professeur de chant lyrique ; puis le conservatoire à Aix.
Mihaela la remarque ; elle est séduite par cette belle voix de soprano, typique pour chanter du Mozart.
Et puis c’est un chemin Verdien qui s’ouvre ; un premier rôle dans Rigoletto !

             DSC03179.JPG

        Pauline et "sa" metteur en scène, Roberta Mattelli

Nous te regardions tous avec un peu d’anxiété… tu as été superbe.
Nous allons suivre désormais avec passion le destin lyrique de Pauline.
Repost 0
Published by M-ILLUMINO-D-IMMENSO - dans Art
commenter cet article
28 juillet 2007 6 28 /07 /juillet /2007 15:16
                                                                   

                                                   
                                          RigolettoAffiche.jpg



RIGOLETTO de VERDI
UNE SOIREE DE PRESTIGE
DANS LA COUR D’HONNEUR DE L’EMPERI
 
 
 
Le public Salonais et des environs avait envahi ce Vendredi 27 juillet la Cour d’honneur du Château de l’Empéri pour assister à l’interprétation de l’opéra de Giuseppe Verdi, Rigoletto.

Sur une mise en scène de Roberta Mattelli, du Conservatoire de Perugia, Direction Musicale de Stéfano Giaroli, Chef d’orchestre à Reggio et Direction artistique de Jacques Bertrand.


DSC02991.JPG     DSC03171.JPG

    Roberta Mattelli                                         Stefano Giaroli
Metteur en scène et mezzo soprano       Chef d'orchestre

 
Intense drame de passion, de trahison, d'amour filial et de vengeance, ou la Malédiction devient le thème principal, Rigoletto offre non seulement une combinaison parfaite de richesse mélodique et de pouvoir dramatique, mais il met en évidence les tensions sociales et la condition féminine subalterne dans laquelle le public du dix neuvième siècle  pouvait facilement se refléter.
L’histoire est dramatique au possible, l’amour y est intense, ravageur et dévorant, les personnages candides, cruels, omnipotents, revanchards et corruptibles ou  l’issue est la mort avec beaucoup de cris et de larmes.
Rigoletto est un vieux bouffon de cour avec beaucoup de pouvoir, et qui s’est mis à dos pas mal de courtisans. Il aide son maître, le Duc, qui est un coureur de filles. Rigoletto a un secret qu’il garde confiné chez lui : sa fille unique, la douce et ingénue Gilda, tenue à l’écart des hommes légers, en mal d’aventures. Mais c’est sans compter l’assiduité du Duc jette son dévolu sur la jeune fille et s’introduit ainsi dans la Maison. 
Les courtisans, qui pensent que Rigoletto cache une amante, décident d’enlever Gilda et l’amènent au Palais où le Duc profite d’elle. Le bouffon décide alors de se venger, et demande à un affreux spadassin de s’en occuper. Malgré l’énergie déployée, Rigoletto n’arrivera pas à convaincre Gilda de renoncer à sa passion avec le Duc.
Rigoletto tentera vainement d’éliminer ce Duc qui lui a pris sa fille bien aimée.
Hélas, c’est éperdu de douleur qu’il découvrira le corps de sa fille dans le sac qui devait contenir le cadavre du Duc.
Avec Gilda mourante ils chanteront des adieux déchirants.
Elle expire. Rigoletto comprend que la Malédiction s’est réalisée.
Après un départ un peu mou dans les voix, la pièce a pris de la consistance et a régalé tous les amateurs d’opéra présents dans la Cour d’Honneur.
Mihaela Dinu, soprano, dans le rôle de Gilda – rôle dans lequel elle avait débuté sa carrière à l’opéra de Bucarest assure merveilleusement bien la fille soumise à son père, ne dérogeant que pour se mettre sous la coupe d’un autre homme.
Mihaela, personnalité troublante, attachante et émouvante excellent tragédienne à la voix chaude et profonde a su nous bouleverser et nous envoûter par sa grande sensualité.

                 DSC03175.JPG
               
           
                       Mihaela Dinu, troublante Gilda

 
Le baryton Emil Matei du Conservatoire de Bucarest dans le rôle de Rigoletto, en père de Gilda désespéré a su nous épater ; bon chanteur, très bon comédien, bonne grosse voix paternelle ; Il joue merveilleusement sur les registres de la cruauté et du père affectueux touché de plein cœur par le destin tragique de sa fille.

                   DSC03169.JPG

                           La malédiction de Rigoletto

Les autres acteurs de ce drame maintiennent la pièce à haut niveau.
Roberta Mattelli a su adapter une mise en scène aux exigences d’un lieu particulier comme la Cour d’honneur de l’Emperi.
Et Stefano Giaroli, Chef d’orchestre talentueux a su mettre en relief cette histoire dramatico-romantique.
Une belle soirée, vraiment, au Château de l’Empéri.
Repost 0
Published by M-ILLUMINO-D-IMMENSO - dans Art
commenter cet article
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 01:33

                                   DSC02938.JPG

                                                          Giono dans les Alpages.


                Je ne regrette rien...mon âme a eu sa floraison, tardive hélas.
                Il a fallu que je te connaisse et tout a pris une vie inconnue, 
                ma terne existence a flambé dans un feu de joie. Merci car
                c'est à toi que je dois toute la part de ciel que j'aie eue dans
                ma vie.

                    Annick Stevenson citant Rodin pour traduire la pensée de Giono

L’AMOUR FOU ET SECRET DE GIONO
 BLANCHE MEYER ET JEAN GIONO
 
 
C’est mon dernier livre lu.
L’auteur,  Annick Stevenson aux Editions Actes Sud.
 
Après Tristan et Yseult, qui après avoir bu par erreur le philtre d’amour, vont passer le reste de leur vie à lutter contre leur amour passion. Seule la mort les réunira.
Après Roméo et Juliette qui vécurent un amour parfait et hors du monde et dont la passion pu rompre un jour les digues de la raison des hommes.
Après Héloïse et Abélard dont l’amour fut sublimé par les milliers de lettres d’Héloïse envoyées à son amant.
Après Orphée et Eurydice, histoire d’amour pathétique ou Orphée alla chercher sa bien-aimée au Royaume des morts…mais trop tard puisqu’il recueille le dernier soupir.
Après Dante et Béatrice, ou Dante dans la Divine Comédie, nous dit que la mort ne sépare pas puisque Béatrice était sa lumière, sa raison de vivre lui permettant d’atteindre Dieu et de terrasser la mort.
Après Philémon et Baucis, couple idéal durant toute une vie ; ils ne voudront rien d’autre que mourir ensemble et seront transformés en arbre pour l’éternité des temps ; ils deviendront ainsi dans la mythologie grecque, le symbole de l’amour conjugal.
 
Après certainement tant d’autres encore, Blanche et Giono font leur entrée dans le temple des couples mythiques.
Blanche Meyer magnifique jeune femme des environs de Manosque mais totalement décalée dans sa vie de couple va jouer un rôle immense dans la vie de Giono.



             DSC02933.JPG


                    "Au contact de Giono, de sa magie,
                     je revivais le rêve de ma vraie vie."


                   " Ces lettres, maintenant, font partie de ma vie
                    et sont devenues mon pain quotidien"


                   "A travers la vie qui passe à la fois trop lentement 
                et trop vite, nous nous sommes gardés l'un près de l'autre."


                                Blanche Meyer


BBbb


Récit émouvant, chaleureux qui nous raconte leur complicité, leur liaison si sincère, leurs marches dans le pays des lavandes, les jours de grand mistral qui chasse les nuages mais jamais leur passion dévorante.
Ils vivent de promesses et s’écrivent «  vouloir se garder l’un près de l’autre  », «  ne pas se perdre  » ; elle confiera plus tard : «  il fut le cœur, le centre, la flamme de ma vie  ».
Et lui, pauvre Giono, qui l’avait tant aimée et glorifiée, s’effacera devant le regard des hommes.
Elle lui inspira plus de mille lettres d’amour, 3300 pages.
Qu’il me tarde de lire un jour toutes ses pages, feuillets encore dissimulés et témoignage d’un fol amour dont le titre aurait pu être : Pour l’amour de Blanche de Manosque.


                       DSC02941.JPG

                                                En souvenir de Giono

 

Repost 0
Published by M-ILLUMINO-D-IMMENSO - dans Culture
commenter cet article
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 01:06

                                     DSC02738.JPG


C'est moi, Italo, qui remercie les quatre nouveaux abonnés...

Je suis le petit dernier arrivé dans l'arche de Noê du Mas ; on m'a prénommé Italo, non pas comme le célèbre aviateur rebelle et guerrier, mais comme l'Italo qui ne pouvait s'empêcher de rêver aux étoiles.

Alors MERCI aux quatre abonnés qui ont rejoint la Provence étoilée de M'ILLUMINO D'IMMENSO.

Repost 0
Published by M-ILLUMINO-D-IMMENSO - dans Personnel
commenter cet article
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 00:15
    DSC02824.JPG    DSC02910.JPG

    Chemin qui mène à la Bastide...... chez l'Artiste, Jean Baptiste ARNAUDO




A BEL AIR, JEAN BAPTISTE ARNAUDO
 
  LE BATISSEUR DE BORIES
 
 
Si vous passez Route des Davies, vous ne manquerez pas de croiser une magnifique borie faisant angle avec un chemin qui conduit à la propriété de Jean Baptiste Arnaudo.
A l’intérieur la boîte aux lettres ; peu de facteur, doivent avoir le privilège de déposer le courrier dans une borie.
Autour, les essences de notre Provence : du romarin, du thym, de la sauge, de la menthe et un grand cyprès de la Crau complètement déformé par le mistral.
Il faut dire que Jean Baptiste est allé plusieurs fois rêver devant les bories de Gordes et parfois même devant celles des alentours immédiats ; celles du Mas de Saint Antoine, par exemple ou
le berger d’autrefois mettait en pénitence la brebis, mère indigne, refusant d’allaiter son agneau.
Et voilà qu’un jour Jean- Baptiste s’est mis à la tache ; il est partie recueillir toutes les pierres anciennes qui permettraient de constituer une borie miniaturisée ; le long travail a ensuite commencé. Pierre après pierre, il a conçu des copies conformes ; tout y est, les matériaux d’antan, la voûte qui permet de consolider l’œuvre pour l’éternité des temps.
Jean-Baptiste est un perfectionniste ; il a voulu aller plus loin en concevant des bories mini qui vont dans les crèches de Noël ; elles sont si belles et si conformes qu’on peut imaginer le petit Jésus aurait été heureux d’y naître entre le bœuf et l’âne.
Les anciens élèves de l’école de la Crau se souviennent de ce fils de Bel Air ; tout jeune, il était passionné par la création ; par tous les arts qui naissent de la dextérité de la main ; n’est- ce pas lui qui offert il y a trois ans un superbe tableau à l’ancien instituteur venu retrouver pour un soir ses anciens élèves 40 ans après ?
C’est Jean Baptiste aussi qui conçoit des architectures typiques de poteries provençales ou de paniers créés dans un ciment travaillé spécialement par lui.
D’ailleurs, en vous promenant dans Salon, vous admirerez dans les ronds points d’immenses paniers tressés qui sont son œuvre et que la Mairie a eu la bonne idée de paver là ; des gerbes de fleurs aux couleurs étincelantes jaillissent de ces paniers et contribuent à l’embellissement de notre cité.


                                    DSC02658.JPG 
 
Jean Baptiste a souvent participé à donner cette touche si provençale à quelques Mas du quartier et les géraniums multicolores explosent tout l’été de ces paniers bétonnés mais si élégants.


                                    DSC02682.JPG 
 
Sans bruit et dans cette discrétion qui est celle des vrais artistes Jeannot poursuit son œuvre.
Si vous passez par là, arrêtez-vous ; vous le verrez malaxer tous ses ingrédients qui constituent les bases et le secret de ses petites merveilles.
Arrêtez-vous et soyez sûrs ; vous ne résisterez pas à ramener une borie miniature chez-vous.
Repost 0
Published by M-ILLUMINO-D-IMMENSO - dans Art
commenter cet article
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 22:51
DSC02702.JPG    DSC02696.JPG

                              Eve Carmignani à la Maison de la Presse à Salon de Provence

 
 
EVE CARMIGNANI, LA FORCE DE LA VIE
 
RENAITRE….
 
Eve Carmignani dédicaçait son dernier livre : La Force de la Vie mercredi 18 juillet 2007 à la Maison de la Presse a Salon.
Auteur confirmé, Eve Carmignani signe là, son troisième livre.
Elle nous montre en quoi la maladie nous donne une extraordinaire occasion, même si elle est douloureuse, de relire notre propre histoire et d’aller plus loin que la répétition permanente de nos misères et de nos handicaps.
Au fil des pages, nous découvrons comment la médecine aborde aujourd’hui la question de la « vraie » guérison, celle qui ne se limite pas à faire cesser l’apparence du mal, mais celle qui s’attaque à ses racines en nous faisant revivre nos vieilles peurs, nos sensation d’abandons, notre angoisse de ne pas être aimés.
Au bout de la route peut naître l’espoir.
C’est le message que nous délivre Eve Carmignani au cours des pages empreintes d’une sensibilité profonde qui révèlent son attachement à tout ce qui touche l’être humain.
Debout, face à ce fléau suprême que demeure le cancer, aux ténèbres et aux tâtonnements sans fin, c’est un message d’espérance que reçoit le lecteur.
Le désarroi intime face à la souffrance personnelle, le rapport de soi à soi, de ces moments de vertiges qui jalonnent la vie lorsque la souffrance est là…et puis ce matin clair ou à nouveau un oiseau chante et le ciel est redevenu bleu et un chant d’espérance nous fait dire :la maladie m’a appris à vivre et je peux clamer, aujourd’hui, ma guérison au monde entier.

La Force de la Vie – Roman contemporain –Eve Carmignani – Editions du Lau


Nous retrouverons prochainement Eve Carmignani pour une soirée à thème à la Case à Palabres à Salon.
Je peux être votre interprète si vous avez des questions à lui poser.

Repost 0
Published by M-ILLUMINO-D-IMMENSO - dans Actualité
commenter cet article